Des réseaux forts font évoluer le secteur de la réparation automobile

Dans le supplément «FOKUS Mobility 2022» du «Tages-Anzeiger», André Koch AG a été présenté dans un rapport de marque. Dans une interview, le PDG Enzo Santarsiero a donné un aperçu complet des activités du réseau de l’entreprise.

 

 

Enzo Santarsiero, comment décririez-vous le champ d'activité d'André Koch SA?

 

Nous proposons aux carrossiers et aux ateliers de peinture tout ce dont ils ont besoin pour la peinture de réparation professionnelle. Il s'agit d'une réussite à long terme, c'est pourquoi André Koch SA est un partenaire de services complets avec des prestations supplémentaires. Nous proposons par exemple un réseau étroit de conseillers spécialisés dans la branche, un service clientèle et de livraison de pointe, des offres complètes de formation et de perfectionnement, des conseils de gestion de haut niveau ainsi qu'une assis­tance coloristique facilement accessible via la hotline.

 

En 2014, André Koch SA a créé un réseau de compétences suisse pour le secteur de la carrosserie. Quels sont les objectifs de ce réseau?

 

L'objectif du réseau de compétences Repanet Suisse est de soutenir et d'accompagner les entreprises partenaires sur la voie d'un avenir prospère en améliorant leur taux d'occupation et leur rentabilité et en mettant à leur disposition des outils efficaces pour s'adapter aux nouvelles conditions du marché.

 

Quelles sont les convictions fondamen­tales qui caractérisent Repanet Suisse?

 

Le réseau s'appuie sur trois piliers: la défense des intérêts, l'échange d'expériences et le conseil indi­viduel. Depuis de nombreuses années, des contacts sont entretenus avec les gestionnaires de flottes, les sociétés de leasing et les assurances afin de faire connaître Repanet Suisse et d'intégrer les entreprises dans les réseaux d'ateliers partenaires des agents de sinistres. De plus, les entreprises partenaires sont reliées entre elles pour échanger et profiter de nos conseils personnalisés et pragmatiques. De cette manière, le réseau permet un développement constant.

 

Dans quelle mesure la durabilité est-elle un sujet de préoccupation pour Repanet Suisse?

 

Outre des normes de qualité contrôlées et certifiées, Repanet Suisse s'engage également pour la protec­tion active de l'environnement dans le secteur de la carrosserie et de la peinture. À l'avenir, les entre­prises qui justifieront de méthodes de travail et de réparation durables et respectueuses des ressources pourront se voir attribuer le label «green car repair» après un contrôle. Le client final pourra ainsi confier sa voiture à des professionnels en toute bonne conscience. En outre, les réparations de qualité sont plus judicieuses que le remplacement immédiat par des pièces de rechange, car les ressources sont préservées en évitant l'usure inutile des matériaux.

 

Quels changements percevez-vous dans le secteur automobile?

 

Le marché automobile évolue rapidement. L'autopar­tage et le leasing font désormais partie intégrante du quotidien, non seulement pour les professionnels, mais aussi pour les particuliers. Parallèlement, les statistiques montrent que plus de 40% des voitures de tourisme en circulation présentent un petit dommage qui pourrait être réparé sans problème avec des méthodes de répara­tion intelligentes. Les réparations de petits dommages ne sont souvent pas entreprises pour des raisons de coûts, mais des problèmes en découlent au plus tard lors de la restitution du véhicule. Dès le milieu de l'année, nous nous attaquerons davantage à cette dyna­mique avec un nouveau concept B2C. Avec la marque de réseau «car4rep», la réparation de petits dommages sera possible dans toute la Suisse à un prix fixe.

 

Comment fonctionne «car4rep»?

 

Grâce à des processus optimisés et standardisés, nous pouvons offrir aux entreprises participantes des réparations plus rapides et néanmoins de qualité. Avec le nouveau partenaire André Koch «HBC System», il y aura bientôt des outils efficaces et des méthodes effi­cientes pour la réparation simple de petits dommages et de dommages esthétiques. Ce sont surtout les domaines de la peinture, du bris de glace, des phares cassés ainsi que des dommages dans le plastique, les rembourrages ou le cuir qui sont couverts.

 

Tous les véhicules peuvent-ils être réparés de cette manière?

 

Certains ont besoin d'une autre infrastructure en raison de leur taille, des matériaux utilisés ou d'une construction différente. Par exemple, encouragés par la pandémie, des milliers de caravanes et de camping-cars sont immatriculés chaque année, et la tendance est à la hausse. Plus de véhicules signifie plus de trajets et donc plus de dommages nécessitant des réparations. Les camping-cars de tous types exigent toutefois un savoir-faire spé­cifique. Nous y répondons avec le réseau «cara­van4rep». Son lancement a eu lieu début juin et, dans ce cadre, nous sommes à présent prêts à nous engager en faveur d'un personnel spécifiquement formé et d'une présentation compétente et homo­gène vers l'extérieur pour les partenaires certifiés.