Michael Zülch, économiste d’entreprises diplômé, craint que le deuxième confinement ait un impact plus important que le premier.
Michael Zülch, économiste d’entreprises diplômé, craint que le deuxième confinement ait un impact plus important que le premier.

L’économiste d’entreprise conseille: «Allez-y et acquérez des clients!»

Le consultant en gestion d’entreprises Michael Zülch, originaire de Gladbach (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) près de Cologne, a une bonne vue d’ensemble des tendances et des développements actuels du secteur de la réparation automobile, grâce à son outil informatique «Kennzahlenkompass» (comparatif des chiffres clés). Un regard sur les chiffres de l’année Corona 2020 montre des résultats intéressants – et permet des pronostics pour 2021.

 

Avec le «Kennzahlenkompass», Michael Zülch, diplômé en gestion d’entreprises, a mis en ligne il y a plusieurs années un programme qui permet aux ateliers et aux garages de comparer leurs propres chiffres clés opérationnels avec ceux d’autres entreprises. On obtient ainsi des informations sur les domaines dans lesquels l’entreprise peut encore évoluer. En plus, les données fournissent un aperçu statistiquement significatif de l’état de la branche.

 

Les données du «comparatif des chiffres clés» 2020 révèlent des résultats remarquables. «Bien-sûr, la pandémie a eu des répercussions sur les activités des ateliers. Mais sur l’ensemble du secteur, les résultats de 2020 n’ont pas été impactés par le confinement de façon aussi importante que certains avaient craint», explique M. Zülch. «Sur certains chiffres clés, nous avons même enregistré un plus, notamment en ce qui concerne l’occupation des ateliers». Le taux de facturation des heures de travail a également augmenté légèrement, et pour certains, les frais de personnel ont diminué – par exemple en raison du chômage partiel. La pandémie a également eu des répercussions sur la structure des clients. En effet, les ateliers dont l’activité est fortement basée sur la gestion des sinistres ont souvent souffert davantage du confinement, le nombre d’accidents et de sinistres gérés ayant diminué en raison de la mobilité réduite. En comparaison, les ateliers avec une clientèle diversifiée ont mieux résisté à la pandémie.

 

Malgré ces chiffres, Zülch incite les entreprises à ne pas à baisser la garde, ce d’autant plus en prenant en considérations les développements du 1er trimestre 2021. «Je crains, dit-il, que le deuxième confinement ait un impact plus important que le premier, car les réserves de nombreux établissements sont actuellement déjà fortement entamées. D’après les données dont nous disposons actuellement, les pertes seront plus importantes.» Sa conclusion: «Les entreprises doivent se préparer à cette situation dès maintenant – et prendre les contre-mesures rapidement.» Il conseille vivement de garder un œil sur les chiffres actuels des affaires dès maintenant. Cela s’applique en particulier au cash-flow, dit-il. «Renseignez-vous sur les options de soutien disponibles et sur les mesures de sécurisation des liquidités qui ont été mises en place suite à la pandémie – et utilisez-les.» Au cas où les liquidités de l’entreprise devaient être serrées d’ici deux ou trois mois, M. Zülch conseille de se mettre en rapport avec sa banque.

 

En outre, M. Zülch met en référence les stratégies classiques de réussite entrepreneuriale, notamment en cette période de pandémie : Examinez minutieusement l’entreprise, vérifiez la structure de la clientèle ainsi que les processus internes et faites des sondages sur les niches de marché inoccupées. «Et mon dernier conseil: allez-y et acquérez de nouveaux clients!»

 

Rédaction: Margrit Balmer