Les choses vont mieux pour «car4rep» (de g. à d.): Enzo Santarsiero et les membres du conseil consultatif Thomas Jauch, Thomas Zumbrunn, Urs Boss.
Les choses vont mieux pour «car4rep» (de g. à d.): Enzo Santarsiero et les membres du conseil consultatif Thomas Jauch, Thomas Zumbrunn, Urs Boss.

Réseau de réparation des petits dégâts «car4rep»

L’industrie de la carrosserie a écrit des histoires qui sont devenues des best-sellers. Et d’autres, qui se sont terminées par de véritables faillites. Et puis il y a celles qui contiennent une préface, une table des matières – et éventuellement deux ou trois chapitres. Mais pas encore de fin.

 

L’une de ces histoires est celle de «car4rep», un système certifié de la réparation de petits dommages. Il est destiné aux ateliers spécialisés suisses du secteur de la carrosserie et de la peinture automobile, qui agissent en quelque sorte comme des franchisés en réglant les petits dommages à prix fixe. Peu importe que l’atelier se situe à Genève, Zurich ou Lugano.

 

Nous revenons sur 2011 – l’année de la création de «car4rep». Nous sommes invités à un évènement client, en naviguant en haute mer sur un bateau de croisière. Parmi les autres personnes à bord se trouvent Selcuk Özgul de «CH Coatings», Thomas Jauch (chef de la Carrosserie Luzern) et Urs Boss (G & G Carrosserie Spritzwerk). Ils discutent de l’idée d’un système de réparation des petits dommages et sont plus tard les instigateurs de la fondation de «car4rep» en tant que société anonyme. Mais l’ensemble de cette affaire ne décolle jamais vraiment et s’effondre à fortiori lorsque Selcuk Özgul se retire de «CH Coatings» et qu’il vend l’entreprise.

 

Le sauvetage se dessine en mai 2021 – en la personne d’Enzo Santarsiero. L’entreprenant PDG d’André Koch AG s’associe à Thomas Jauch, Urs Boss et Thomas Zumbrunn (propriétaire et directeur de la Carrosserie Zumbrunn, BL). Il rachète les parts de la quinzaine d’actionnaires restants et élabore, ensemble avec les trois carrossiers, des plans pour remettre «car4rep» sur les rails. Le résultat vient d’être présenté lors d’un évènement kick-off au siège de la maison Koch à Urdorf. 32 carrossiers intéressés étaient présents.

 

L’objectif est de réunir 60 partenaires sous l’égide de «car4rep» et de créer ainsi un réseau national – à un tarif annuel de 650 francs comprenant la formation, le matériel de marketing et la présence en ligne. En tant que partenaires du réseau, ces entreprises ont pour mission de réparer professionnellement et rapidement les dommages mineurs d’un montant inférieur à la franchise de l’assurance. Et tout cela pour le client à un prix fixe qui respecte l’environnement et le budget. Il peut s’agir de petits dommages causés par la grêle, de réparations des phares, de réparations de la peinture ou des vitres ou encore des sièges de voiture en tissu ou en cuir ayant subi par exemple des brûlures de cigarettes – des dommages que les propriétaires de voitures privées ont jusqu’à présent tout simplement laissés en l’état par peur de la dépense financière. Cette attitude devrait maintenant changer grâce à «car4rep», c’est du moins ce qu’espèrent les initiateurs. Par ailleurs, les carrosseries reçoivent les kits de réparation nécessaires de la part du fournisseur danois de Smart-Repair HBC alors que l’outil de prise de rendez-vous est fourni par le spécialiste des logiciels Reto Dellenbach et son portail «CRN» (Carrepnet.ch). 

 

Texte et photos: Heinz Schneider